Menu
Éducation
Publié le 1 mars 2021

Digital Talks : Stress .. Un Ennemi ou un Allié ?

Rédigé par Clémence Eugene, Chargée de communication

Le 7 janvier 2021, l’APEEE a organisé une conférence avec le Dr Claudia Quintans, psychologue et fondatrice de l’École des émotions (www.ecoledesemotions.com/) sur la gestion du stress. La session était divisée en deux parties : la première était dédiée aux enfants dans le but de fournir des outils aux élèves pour mieux gérer leur stress ; et le second aux parents pour aider leurs enfants à gérer le stress. Nous sommes heureux de partager ci-dessous un résumé de la conférence, identifiant les outils, que le Dr Quintans a partagé avec les participants.

Partie 1 : Les enfants 

Comment gérer le stress chez les enfants ? Les examens sont une grande source de stress chez les adolescents.

Les personnes qui gèrent leurs émotions ont tendance à être plus heureux, ont moins de trouble et subissent moins de problèmes cliniques. Gérer ses émotions mènerait à une meilleure vie sociale et professionnelle.

Quelques causes du stress

Une mauvaise organisation a tendance à générer du stress et se lie au stress. Par conséquent une personne qui est mal organisée aura tendance à être plus stressée. Il faut faire attention à la procrastination, reporter l’organisation ou une tâche est aussi un allié du stress.

Les déménagements, qui déroutent les enfants et font perdre leur stabilité sont également un allié du stress. Il s’agit de la perte de repères, d’amis, qui pour un adolescent ou une personne en préadolescence représente une grande source de stress.

Lien entre le mental et le corps. Pour chaque émotion il y a un message à comprendre.

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress négatif : le stress prend le contrôle des pensées et fait vivre des tensions musculaires. Le stress apparait souvent face à l’inconnu mais lors de situations déjà vécues ou connues. Le stress est commun chez les jeunes qui ressentent beaucoup de pression, qui ont tendance à être perfectionniste. Lorsque le stress est généré face à une situation connue, ce n’est pas une bonne chose. Si c’est le cas, c’est qu’un événement négatif a été enregistré par le cerveau. Si une situation est semblable à l’événement enregistré, le cerveau va générer du stress et ce stress fera revivre la situation à l’enfant.

Il est important de noter que le stress est difficilement reconnu par les jeunes enfants. Pourquoi ? Parce que l’enfant n’a pas l’habitude de faire de l‘introspection. Mais cela peut être acquis.

Afin de passer outre ces difficultés, il est important d’avoir un vocabulaire émotionnel, qui permet à l’enfant de s’exprimer ni identifier ce que l’on ressent. Il faut apprendre à mettre des mots sur ses émotions

Le stress positif : lorsque le stress est positif, il donne de l’énergie et motive. Peut motiver à étudier, à préparer des présentations, … ou lors d’une compétition sportive.

Les 3 réponses primitives face au stress :

FONCER – FUIR – FIGER

Foncer : gestes brusques, agressivité, énervement. Vu chez les jeunes qui vont vouloir s’opposer, à réagir avec colère.

Fuir : stratégie d’évitement, d’échappatoire. Lorsque l’enfant décide de fuir face au stress, généralement les signes sont : sécher les cours, être « malade » avant l’école, fera semblant que tout va bien, se réfugiera dans le monde virtuel (réseaux sociaux, jeux vidéos, …)

Figer : dernière réaction, est lorsque l’enfant ne peut ni fuir, ni foncer alors il se fige. L’enfant perdra ses moyens, perte des mots, paralysé.

Lorsqu’une personne est sous stress, les systèmes digestif et reproductif sont K.O, toute l’énergie est mobilisée là où il y a la priorité, c’est-à-dire le cerveau, qui foncera, fuira ou figera. Cette mise au repos explique le dysfonctionnement souvent vécu par les enfants, avec nœud à l’estomac, mal au ventre, …

Comment s’adapter ?

Ce qu’il ne faut pas faire

Sous stress, les personnes auront tendance à :

  • Manger ses émotions (nourriture ou ignorer),
  • Se réfugier dans le monde virtuel (réseaux sociaux),
  •  S’anesthésier (alcool, médicaments, …),
  •   S’auto-critiquer (dur vis-à-vis de soi-même),
  • Se fâcher,
  • Blâmer tout le monde (ne se remet pas en cause),
  •  Se plaindre (le « poor me », faire son caliméro),
  •  Procrastination

Ces réactions vont créer encore plus de stress sur le corps, ce qui aura comme conséquences, parmi d’autres

  • Troubles du sommeil,
  • Troubles d’humeur,
  • Prise ou perte de poids
  •  Affaiblissement du système immunitaire, …

Ce qu’il faut faire

Il faut identifier et nommer l’émotion. Si c’est nécessaire, l’enfant doit demander de l’aide, à un parent, ami, … Verbaliser l’émotion réduira le stress. Afin que le stress devienne un allié, il ne faut pas le rejeter ni lui obéir, il faut faire face, et l’accueillir. Lui faire face veut dire le comprendre, savoir où et pourquoi ça ne va pas. Il faut réussir à le mesurer, à établir ses déclencheurs, comprendre comment il affecte son corps, ses pensées, son comportement et en identifier sa source. Il faut remettre en question ces pensées (sont-elles dramatiques, réalistes ?).

Plusieurs techniques pour apaiser le corps :

  • TIPI
  • Relaxation
  •  Sophrologie
  •  Se recentrer sur soi-même

Comment éloigner le stress ?

  •  Faire des pauses
  •  Faire du sport (bouger, dépenser son énergie)
  • Prendre l’air (promenade)
  • Parler
  • Sortir avec des ami(e)s, créer des liens
  • Lâcher prise
  • Dormir suffisamment
  • S’organiser/planifier son temps
  • Exprimer ses émotions

Comment réduire et éloigner le stress avec la nutrition ?

  • S’hydrater (80 à 90% des adolescents sont déshydratés) min 2L d’eau/jour
  • Manger de bonnes graisses : x3/semaine
    •  Ex : sardines, harengs, maquereaux
  • Prendre un petit déjeuner (riche en protéines)
  • Alimenter le cerveau régulièrement :
    • Les bons sucres : sucres à indice glycémique bas : pâtes, pois chiche, sarrasin, houmous, …
    • L’oxygénation (qui apporte la combustion de ces sucres)

Pour éviter les carences :

  • Manger fruits et légumes crus à température ambiante, à la vapeur, …
  • Un goûter riche en tryptophanes (entre 16 et 18h)
    • Noix, amandes, noix de cajou, du brésil, chocolat noir 70% idéalement, fruits, …

Une journée végétarienne en privilégiant : laits, fromages, huiles, yaourts végétaux.

Partie 2 : Les parents ? Que peut-on faire pour aider les enfants ?

Les choses à faire en tant que parent, afin d’aider notre enfant est d’identifier. Identifier des comportements, des émotions, … et les accueillir. C’est difficile en tant que parent d’accueillir lorsque les réactions sont difficiles. L’accueil est une approche qui prend du temps à maitriser.

  • Ecouter son enfant, le laisser s’affirmer, lui offrir des responsabilités, des routines, …
  • Le sécuriser, le structurer, le valoriser.
  • Faire des demandes claires, réalistes et cohérentes.
  • Être vigilant quant aux sources du stress.
  • L’aider à être indépendant dans la gestion de ses émotions.
  • Poser des questions ouvertes, aider l’enfant à faire le lien entre cerveau/corps/comportement.

Le parent peut revoir ses attentes à l’égard de leurs enfants (école, …et peut être les adapter ses attentes. Le parent doit dire les choses ouvertement, ne pas penser que l’enfant le sait. Par exemple, l’encourager et soutenir son enfant.

Les pièges à éviter 

  • Réconforter et rassurer de trop
  • Donner de l’attention aux comportements/demandes inappropriées
  • Surprotection
  • Critiquer, culpabiliser, être intrusif
  • Valoriser le résultat plus que l’effort
  • Ne pas distinguer les échecs/réussites de la personne
  • Le surcharger (d’activités par exemple)
  • Projeter sur l’enfant ses propres émotions/vécus

Il faut comprendre et normaliser. Chaque émotion a un message, il s’agit de comprendre d’où vient l’émotion de son enfant, pourquoi est-il énervé, triste, … pourquoi est-il agressif, nerveux, … ? Il faut traiter les symptômes et essayer de comprendre les causes. Comprendre son histoire familiale permet également de comprendre et aider son enfant.

Si vous souhaitez revoir la conférence, vous pouvez envoyer un mail à :

secretariat.apeee@woluweparents.org

Remarque : un mail a été envoyé à tous les parents (02/02/2021) avec les liens pour revoir les deux précédentes conférences de l’APEEE.

Comments are closed