Menu
Informations générales
Publié le 8 avril 2021

Conseils sur la cyberdépendance

Digital Talk : enfants connectés, parents informés.

Le 25 février 2021, l’APEEE a organisé une conférence numérique avec le Dr Quintans, psychologue et fondatrice de l’École des émotions (www.ecoledesemotions.com/ ) sur le thème des « jeunes connectés, parents informés ».

La session a été divisée en deux parties : la première, dédiée aux enfants avec l’objectif de leur fournir des outils pour utiliser sainement les outils de l’information et de communication (TIC), gérer le temps d’écran à la maison et reconnaître la cyberdépendance ; et la seconde, dédiée aux parents pour aider leurs enfants à faire face à la technologie et à ses paradoxes.

Partie 1 : les enfants

En 2021, les enfants ont accès à plus d’appareils connectés que dans les années 1989. Le Dr. Quintans a énuméré les différents écrans disponibles chez elle (tablettes, ordinateurs, smartphones, télévision, etc.), concluant que les écrans se sont glissés et ont envahi la vie de famille jusqu’à un certain point. Cependant, les écrans ont une utilité, ils ne sont pas à éviter, mais à consommer avec modération.

En 20 ans, nous sommes passés d’un écran – la télévision – à une multitude d’écrans connectés. La technologie évoluait (évolue) très rapidement, produit des outils plus sophistiqués. Des techniques de publicité et de manipulation sont utilisées pour augmenter le temps d’écran, et celles-ci ont spécialement su cibler les enfants / adolescents.

Pendant la pandémie, l’utilisation des écrans est passée d’une moyenne de 3h à plus de 9h par jour.

Les T.I.C – les technologies de l’information et de la communication : concepts

Technologies de l’information et de la communication. Tout ce qui sert à accéder à l’internet, ce qui permet de transmettre ou stocker de l’information, du son, … les TICs sont présents dans notre vie de tous les jours.

Internet. Internet est un énorme réseau informatique accessible à tous, dont l’information peut être transmise à distance par des systèmes de transfert de données. On compare souvent internet à une toile d’araignée, dont les fils de soie s’étendent à l’infini.

Au départ, internet n’avait pas un objectif de socialisation. Crée aux USA, l’armée américaine a souhaité mettre au point un système d’échanges de courriers électroniques dont l’objectif était d’éviter les pannes ou interruptions et d’empêcher l’ennemi de bloquer les communications.

Ce qui fait la force d’internet est l’échange de communication ininterrompue. Ce qui est publié sur internet, publié sur les sites, envoyé sur les réseaux sociaux, tout reste sur la toile (internet).

Pourquoi utiliser internet ?

  • Pour se détendre et s’amuser sur le web
  • Pour s’informer : toutefois, faites attention à multiplier et confronter les sources (crédibles et de confiance), les histoires et faits doivent être confirmé
  • Pour apprendre
  • Pour communiquer
  • Pour créer

Les TICs ont permis de démocratiser l’information : les informations, l’aide, les revues, les conseils, etc sont libre d’accès sur internet. Il ne faut pas oublier qu’internet, à ce jour, est restreint à une partie du monde. Un pourcentage élevé de la population n’a pas ou que très peu accès à Internet.

Proposition d’un exercice :

  1. Nommer tous les écrans que tu vois/utilises au cours d’une journée normale
  2. Utilises-tu des apps ? lesquelles ?
  3. Utilises-tu parfois les écrans parce que tu t’ennuies ? pour te sentir moins seul ?
  4. Nomme 3 choses que tu aimes des écrans
  5. Nomme 3 choses que tu n’aimes pas des écrans.
  6. Quels réseaux utilises-tu tous les jours ? que penses-tu des réseaux sociaux ?

Il existe plusieurs réseaux sociaux, les plus connu sont : Facebook, Twitter, Youtube, TikTok, Snapchat et Instagram.

Beaucoup de jeunes font très attention aux likes, aux commentaires, etc sur leurs postes ou les photos qu’ils publient. L’utilisation des écrans sécrètent de la dopamine (connu comme l’hormone du plaisir) ce qui rend plus difficile l’arrêt.

En fonction des réseaux utilisés, certains contenus publiés sont malsains ou certains créateurs de contenus abusent de la naïveté de leur jeune audience pour arnaquer.

Les 10 commandements de l’utilisateur futé :

  1. Garder ton profil privé.
  2. Inscrire le moins d’informations personnelles possible.
  3. Accepter seulement les personnes que tu connais.
  4. Ne jamais partager de photos intimes.
  5. Bien choisir les groupes et les conversations auxquelles tu participes
  6. Eviter de se disputer ou de jurer sur les réseaux
  7. Distinguer le vrai du faux (fake news, mensonges, les images créées via l’intelligence artificielle (I.A), images retouchées, …)

Quelles questions se poser face à une information sur internet ?

  • L’information est-elle neutre et objective ?
  • Qui en est l’auteur ?
  • La source est-elle fiable ?
  • Les données sont-elles à jour ?
  • Y’a-t-il des références ?
  1. Les publicités font gagner de l’argent à ceux qui promeuvent les produits ! ce n’est pas anodin.
  2. Parler de ses inconforts, de ses gênes que tu as vécu en ligne avec quelqu’un (parents, amis, …)
  3. Il faut appliquer les mêmes règles en ligne que celles dans la vraie vie.

Tout jeune entre 6 et 11 ans ne devrait pas passer plus de 2 heures par jour sur un écran (excluant le temps devant l’écran pour des fins éducatives).

Il est conseillé de ne pas autoriser l’accès aux réseaux sociaux avant 12 ans. A partir de 12 ans, les parents devraient donner des horaires afin de limiter le temps devant les écrans.

Les écrans prennent de plus en plus de place dans notre vie de tous les jours. Les utilisations sont variées, comme limiter le stress, éviter l’ennui, ou encore la solitude. Ce qui mène parfois à une utilisation excessive des écrans.

Les signes d’une consommation excessive : une excitation devant les écrans, qu’il est de plus en plus difficile de s’arrêter, une tendance à mentir par rapport au temps passé sur internet, penser activement aux écrans (même éloigné de l’écran), lorsque les interactions et relations sociales procurent moins de plaisir, quand la personne devient plus facilement irritable, …

L’usage intensif entraine quelques symptômes : la fatigue des yeux, les picotements, la sécheresse oculaire et des maux de tête.

Les devoirs et les responsabilités doivent avoir précédence sur les activités de détente et l’utilisation des réseaux sociaux.

Le sommeil

Il existe des cellules dans nos yeux qui sont très sensible à la lumière bleue. La lumière de l’écran active 100 fois plus les récepteurs photosensibles de la rétine qu’une lumière blanche traditionnelle. Ce qui explique pourquoi l’écran tient éveillé, les impacts se font sur la quantité et la qualité du sommeil.

La posture

La posture liée à l’utilisation de l’écran crée des douleurs dans la nuque et parfois des maux de tête. L’utilisation excessive de l’écran est connue pour mener également à l’obésité. Rester assis devant un écran engendre du grignotage et par la suite une prise de poids.

Attentions

Il faut faire attention à l’illusion de la perfection et de l’estime de soi. Comme mentionné supra, les images publiées et partagées sont généralement retouchées et sont cadrées afin de montrer que les bons angles et moments de la journée.

Le monde virtuel véhicule une F.O.M.O, une fear of missing out. La peur de louper quelque chose, de manquer une activité, une publication, …

Le piratage ou l’hameçonnage est également fréquent, lorsqu’une tierce partie accède à votre ordinateur de manière illégale. L’accès est généralement gagné via l’envoi de mails qui demandent de cliquer sur des liens, de télécharger des pièces jointes, un appel urgent etc.

Il ne faut jamais donner ses données bancaires ou personnelles (date de naissance, adresse, etc) sur internet.

La manipulation, l’hameçonnage : lorsqu’une personne après avoir établi une relation, demande des informations, de l’argent, promet des récompenses en échange de renseignements personnels. Il ne faut jamais répondre à ces messages ou divulguer des données personnelles.

Comportements irrespectueux : contenus violents, insultes, … sont également fréquentes sur internet. Il faut y faire attention, agissez de manière appropriée sur internet.

La sexualité sur internet : de plus en plus de jeunes sont introduits à la sexualité sur internet. Le sexting qui est défini comme l’acte d’envoyer des messages/vidéos/photos sexuellement explicites. Le sextorsion est l’acte de chantage lié à la photo. Il est de plus en plus fréquent d’avoir recours au sexting afin de se faire accepter, pour accroître la popularité, pour rigoler ou encore comme défis, etc. Il ne faut pas oublier que l’intimité n’existe pas sur internet. Une photo compromettante peut circuler très rapidement et faire des dommages.

Votre corps n’est pas un objet, ne vous laissez pas avoir par des personnes sur internet qui promettent le secret ou de ne pas divulguer. Une photo publiée ou envoyée sur internet/par internet n’est jamais protégée et y reste à jamais.

La dépendance et l’intimidation

Lorsque l’enfant devient dépendant et accro à internet, cela s’appelle la cyberdépendance. Il ne faut pas minimiser la dépendance à l’écran, car une mauvaise utilisation peut être dangereuse.

Comment savoir si vous êtes cyberdépendant ?

Les premiers signes sont, lorsque vous vous inquiétez trop de vos réseaux sociaux, que vous souhaitez toujours augmenter votre temps sur internet, que vous devenez agité et irritable, lorsque vos relations sont en danger à cause de votre temps sur internet, etc. Ces signes peuvent révéler une dépendance ou un début de dépendance à internet.

La cyberintimidation

Lorsqu’une personne devient la cible de violence, d’agression verbale, d’intimidation, d’harcèlement, etc. C’est une action très grave.

Le cyberharcèlement peut être puni par la loi, l’article 145 de la loi du 13 juin 2005 relative aux communication électroniques, condamne l’usage abusif d’un moyen de communication électronique.

Si vous êtes victimes de harcèlement ou de cyberharcèlement à l’école, vous devez prévenir quelqu’un, un professeur, un parent, votre conseiller, la psychologue de l’école, ou encore l’APEEE. Vous n’êtes jamais seul.

Les cyberprédateurs

Leurs intentions ne sont jamais bonnes. Il n’y a pas de honte à s’être fait avoir, toutefois, si cela arrive les premières étapes sont d’arrêter de répondre, de bloquer l’individu et de sauvegarder toutes traces de messages, photos ou autres. Il fait également signaler la situation à un adulte, comme vos parents ou psychologue ou encore conseiller de l’école.

Conseils

Il faut toujours essayer de trouver un équilibre. Un équilibre entre les devoirs et les écrans, un équilibre entre les sorties et les responsabilités, un équilibre entre le repos et les activités physiques, etc.

Dr Quintans nous affirme qu’une heure d’écran vaut deux heures de mouvements (dehors, activités physiques, promenade, etc).

Il faut prendre du temps sans écran, et socialiser en vrai. Il faut sortir et faire les rencontres en chair et en os.

Il est important de noter que plus l’enfant se cloître et reste sur ses écrans, plus il perdra l’habitude de se socialiser et ses compétences personnelles et sociales.

Fixez des objectifs avec vos parents, afin de voir les attentes de chacun. Les limites et un couvre-feu digital sont une bonne idée, et peuvent être mis en place par les parents.

Réserver des espaces aux technologies, pour avoir un espace dédié aux écrans et à l’utilisation des réseaux sociaux, internet, etc.

Partie 2 : les parents

Les enfants nés après les années 2000, sont nés dans les réseaux sociaux et internet, ils ont grandi avec l’utilisation et ont vécu l’expansion d’internet. L’internet fait partie de leur vie, néanmoins, il faut poser de bons gestes pour reprendre le contrôle de la situation.

Les bons gestes

Il faut s’intéresser sur le sujet d’internet et ses dangers. Il faut s’informer correctement pour savoir ce qui est bon et ce qui mauvais sur la toile. Il ne faut pas se laisser impressionner par les réseaux sociaux et la complexité du monde virtuel.

Il s’agit de faire face aux problèmes, il n’est pas question de diaboliser internet ou de lutter contre, mais de prévoir et trouver des solutions. Il est important d’établir un climat de confiance avec votre enfant, qui sera plus durable et efficace que les applications de type contrôle parental.

Le dialogue et la communication sont la clé d’une relation pérenne. Il y a du danger, mais également de bonnes choses sur internet.

Il faut rester vigilant, ne pas se laisser distraire. La sécurité n’est jamais à prendre à la légère, superviser n’est pas la même chose qu’espionner. Il faut expliquer vos actions, par exemple : si vous regarder l’historique, les sites visités, etc.

Il est conseillé par les experts : pas d’écrans avant 3 ans, pas de consoles de jeux avant 6 ans et pas d’internet avant 9 ans. Il s’agit d’établir des limites claires sur le temps d’écrans, à 9 ans ils peuvent naviguer sur internet mais pas dans la chambre, pour éviter l’isolement.

Il est également important d’aborder les discussions du téléphone portable (smartphone), généralement il ne devrait pas être donné avant l’âge de 12 ou 13 ans, mais les situations font que, parfois, il est nécessaire d’avoir la possibilité de contacter son enfant.

Il est important de noter que les situations et les expériences sont propres à chaque famille. Ce qui est bon pour une famille, ne l’est peut-être pas pour une autre. Dr. Quintans a partagé une série de conseils généraux, que vous pouvez mettre en place au sein de votre foyer si vous le souhaitez.

Les enfants sont résistants, il faut transformer leurs erreurs en moments d’enseignement.

Tolérance Zéro

Il ne faut autoriser aucune tolérance aux comportements irrespectueux et violents en ligne. Si votre enfant a insulté ou manqué de respect à quelqu’un d’autre, par exemple, un camarade sur une plateforme, il faut une sanction immédiate de la part des parents ainsi que de l’école. Il faut que l’enfant comprenne quelles sont les conséquences d’un tel acte. Il faut que les enfants comprennent que ces comportements sont punis par la loi. Il ne faut pas prendre ces comportements à la légère.

L’idéal serait de faire une alliance entre l’école et les parents pour faire face à ces comportements nuisibles.

Les technologies se perfectionnent de plus en plus. Il n’y a que très peu de moyens de vivre sans écrans, notamment aujourd’hui avec les cours à distance et les recherches en ligne. Il s’agit d’évoluer avec la technologie et d’établir une relation de confiance avec ses enfants.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le temps d’écran pour les enfants/adolescents, Dr Quintans conseille le site https://www.yapaka.be/

Si vous souhaitez revoir la conférence, envoyez un mail à : secretariat.apeee@woluweparents.org

Répondre