Menu
Informations générales
Publié le 8 avril 2021

Evere, surpopulation et surchauffe

Mise au point sur les problèmes de capacité et d’infrastructure de l’école

Le Comité directeur (anciennement Groupe de suivi) chargé de superviser la capacité des écoles à Bruxelles s’est réuni le 12 mars pour faire le point. Les sujets suivants ont été abordés :

Evere

La Régie des Bâtiments (RdB – agence belge responsable de la fourniture et de l’entretien des bâtiments des écoles européennes à Bruxelles) a confirmé que les permis définitifs devraient tous être reçus très prochainement. Le projet a trois semaines de retard sur le calendrier, mais ce retard peut être rattrapé. Les travaux ont déjà commencé sur le site, avec le déblaiement du sol et d’autres préparatifs. Fin mars, les modules à partir desquels l’école doit être construite commenceront à arriver. Le chef de cabinet du Gouvernement Belge a assuré que le ministère de la Justice était bien conscient que l’école était proche des locaux qui traitent des procès sur le terrorisme et a déclaré que toutes les mesures de sécurité nécessaires seraient prises. Nous attendons plus de détails. En juin, il y aura une période de haute sécurité en raison du procès. Le RdB invite à la fois la police locale et les agents de sécurité de la Commission à assister à l’examen du fonctionnement des dispositifs de sécurité de l’école.

La planification de plan de contingence en cas de retards dans le projet n’a pas été discutée lors de la réunion – une réunion spéciale sera convoquée en avril pour cela. L‘APEEE reste très préoccupée par le fait qu’il n’y a pas encore de plans de contingence clairs, ayant pour la première fois soulevé la nécessité d’une telle planification en novembre.

Les représentants des élèves ont donné leur avis sur les plans de contingence potentiels – excluant l’utilisation de l’école lointaine de Mol et proposant idéalement de trouver plus d’espace localement (mais pas dans les écoles existantes). Les APEEE ont évoqué la possibilité d’utiliser les centres OIB de Philip le Bon et Palmerson comme site temporaire, comme proposé par le comité local du personnel représentant les agents de la Commission.

Plan à long terme pour lutter contre la surpopulation

Le groupe de travail du Gouvernement belge sur les écoles européennes a demandé un plan sur 10 ans définissant les besoins de scolarisation à Bruxelles. Les membres aimeraient que cela inclue 3 scénarios ; avec la 5e école, 5e école en plus de l’école Berkendael et enfin une 5e école avec Berkendael et Evere comme écoles permanentes. Le Bureau du Secrétaire général travaille à la préparation de ce plan. Les APEEE ont demandé que la base de référence pour le plan soit les niveaux de capacité scolaire définis pour chaque école, c’est-à-dire 2850 pour Woluwe, et non la situation actuelle de l’école, qui est très surpeuplée. Les représentants des étudiants ont fortement insisté sur les préjudices que les niveaux actuels de surpeuplement causaient à la population étudiante en termes de santé mentale, de bien-être et de sécurité physique.

Nous avons soulevé des questions sur les plans pour loger les effectifs d’élèves excédentaires avant 2028, date à laquelle on espère que la 5e école sera livrée. Nous avons également soulevé le besoin d’infrastructures secondaires au moins pour EEB1 et EEB2 pour accueillir l’augmentation d’élèves des écoles secondaires sur ces sites avec leurs écoles primaires désormais agrandies. Nous avons été informés que le groupe de travail est conscient de ces problèmes et qu’il les résoudra une fois les scénarios reçus. Ces décisions devront être prises dans le contexte de la question de savoir si Berkendael et Evere restent des écoles européennes après la fin de la 5e école, ou sont rendues au Gouvernement belge, comme c’est l’accord actuel. En effet, il est impossible de concevoir de ne pas continuer à avoir ces écoles compte tenu du niveau d’effectifs par rapport aux places scolaires, mais c’est une décision qui doit être formellement prise par les autorités belges.

Une discussion a eu lieu dans ce contexte pour savoir si la croissance de la population scolaire bruxelloise de 400 à 500 élèves par an pouvait se poursuivre. Le représentant du Gouvernement belge a évoqué la cause probable comme étant des modifications des règles du système scolaire belge qui ont supprimé le choix des parents de sélectionner l’école que fréquentent leurs enfants. De nombreuses familles qui ont droit à une place dans une école européenne mais qui ont maintenu leurs enfants dans le système belge sont donc désormais transférées dans les écoles européennes. Nous avons appris que la proportion de familles utilisant les écoles européennes est passée de 40% à 55% de celles qui y sont éligibles. Compte tenu des tensions dans le système belge, il est prévu que cette tendance se poursuivra, donc une nouvelle croissance est attendue. La Commission a ajouté qu’il n’y avait aucun moyen d’arrêter ces transferts car les parents avaient le droit d’utiliser les écoles européennes dans le cadre de leur contrat de travail.

École Haren

La 5e école, maintenant connue sous le nom de « Haren »reste ciblée pour être livrée en 2028. Le Secrétaire général est d’avis qu’elle devrait être désignée comme site secondaire uniquement, et a demandé les commentaires de la réunion. Avec Evere et Berkendael ajoutant la capacité Maternelle et Primaire, ce sont désormais des places pour le secondaire qui sont nécessaires. Les APEEE n’ont pas été en mesure de prendre position à ce sujet car aucun plan n’a été présenté sur la façon dont l’école serait peuplée, sur comment les sections multi école (DE, NL et EN) seraient impactées et en particulier quelle relation elle aurait avec l’école primaire d’Evere.

Mises à jour des travaux des écoles

La RdB a été sous pression de la part de toutes les écoles bruxelloises car elle est en retard sur de nombreux projets clés d’entretien et autres infrastructures. Certains d’entre eux ont été retardés de nombreuses années. La RdB a déclaré qu’elle validerait avec les écoles, la liste des priorités pour ces projets, mais il a été précisé qu’aucun de ceux-ci ne commencerait avant 2022Pour Woluwe, cela comprend la résolution de la situation de surchauffe dans le bâtiment primaire, où les températures augmentent pendant les mois les plus chauds, et ces températures sont au-dessus des niveaux maximaux autorisés créant une situation intolérable dans de nombreuses salles de classe. Ce projet est très important depuis plusieurs années. Il devait être résolu l’année dernière à l’aide de budgets internes, mais a été arrêté par la Commission, qui souhaitait que les budgets des écoles soient utilisés pour des questions d’infrastructure. Nous avons protesté contre le fait, qu’une fois de plus, ce projet, qui bénéficie du plein soutien du conseil d’administration de l’école et du Bureau du Secrétaire Général, a été retardé. Nous contacterons la Commission pour comprendre comment elle compte faire en sorte que les enseignants et le personnel n’aient plus à souffrir à nouveau cet été.

Nous avons été informés que si la RdB doit résoudre ces autres problèmes d’infrastructure maintenant, cela détournera l’attention de notre représentant désigné d’Evere, avec le risque qu’Evere soit retardé. Les APEEE estiment que la RdB étant une organisation de 822 employés, responsable de quelque 967 bâtiments à travers la Belgique, a sûrement plus de personnel à apporter aux écoles européennes ; la question est simplement de savoir si les écoles européennes occupent une place suffisamment élevée dans la liste des priorités.

Les APEEE espèrent que la Commission et le Bureau du Secrétaire général seront en mesure de faire en sorte que cela se produise.

Répondre